Paix et Joie !

     Aux voeux traditionnels de ¨Ioyeux Noël ", " Bonne et heureuse nouvelle année ", j'ajoute celui plus ancien et plein d'espérance : " Dieu soit céans ". Oui, Dieu soit au coeur de nos vies et de nos foyers ! Qu'aux heures de joie ; comme aux jours d'épreuve, son amour nous donne le courage de la foi pour continuer à marcher vers Lui, à travers heurs et malheurs.

     Me voici donc maintenant en France depuis 6 mois, et pour y rester ... J'ai encore du mal à me faire à cette idée après cinq ans au Laos et trente trois en Haïti: je trouve que la vie a tellement changé, non seulement en France, mais aussi dans les cmmunautés religieuses que j'a pu rencontrer ... C'est pourquoi je suis très reconnaissant aux Oblats de France de m'accueillir si fraternellement. Peu nombreux en effet sont ceux que je connais vraiment. La pluparty de ceux qui étaient avec moi à notre grand séminaire de Notre Dame de Lumière entre 1941 et 1948 sont morts. Tous ceux qui étaient avec moi  au noviciat en 1940-41 , tous ceux avec qui j'ai été ordonné prçetre le 1 Mars 1947 ont rejoint la maison du Père ... Et maintenant, la Province du midi dont je faisais partie quand je suis parti au Laos, puis en Haïti, est englobée dans l'unique Province de France où se trouvent réunis avec ceux du Midi, les Oblats du Nord et de l'Est que, pour la plupart, je ne connaissais pas .

     Cette situation a un avantage énorme : elle nous garde jeunes d'esprit, parce que, arrivés à un âge avancé, nous avons encore à faire de nouvelles connaissances, à partager des expériences de vie si différentes, selon que nous avons vécu dans les pays d'Europe, d'Asie, d'Afrique ou d'Amérique du Sud ... Qui, à la fin de sa vie se plaindrait d'une telle richesse et d'avoir encore le temps de prier tous ensemble pour tous ceux et toutes celles que Dieu a mis sur nos routes ?  Laissant donc de côté toute nostalgie, je remercie Dieu de me donner le temps de prier encore pour tous ceux et toutes celles que j'aime.

     Passons maintenant aux questions pratiques. Maintenant que je réside en France, je n'ai plus le droit de recevoir des dons par l'entremise de la Fondation de Mazenod, Ceux que vous destinez à Haïti - et je souhaite qu'ils soient nombreux - doivent être adressés à Monseigneur Hubert Constant. Il a tout simplement ajouté à sa liste les noms des familles et des Jeunes que j'aidais et que je ne peux plus atteindre directement mais que, grâce à lui vous pouvez encore aider .

     Si vous désirez faire parvenir quelque don personnel ou intentions de Messe que notre Communauté de prêtres sera toujours heureuse de recevoir, envoyez-les par chèque à mon nom à la Société Générale, 72 Avenue de Villiers 75017 Paris.

Permettez-moi de remercier toutes les personnes qui, depuis mon retour en France, ont continué à faire parvenir à Mgr. Hubert les offrandes qu'ils avaient l'habitude de m'envoyer .

         Avec toute mon amitié, je vous souhaite Paix et Joie tout au long de la nouvelle année . "Dieu soit avec vous."
                                                 Jean Michal, o.m.i.