Il était une fois il y a fort longtemps, une petite étoile qui venait de tomber du ciel s’égarant en plein champ sur la planète terre. Elle était splendide cette petite étoile, étincelant de mille feux, elle scintillait pour tout le monde.

Le loup et l'étoile

Mais elle était bien seule, elle ne voyait jamais personne. Pourtant comment ne pas être vite repérée quand on scintille de la sorte.

A ce moment-là, un méchant loup qui rodait dans les environs cherchant à se mette quelque chose sous la dent, aperçut l’étoile.

 

En un éclair, il était sur elle, cherchant à la dévorer. Elle était effrayée. Ne pouvant la croquer - car on ne mange pas une étoile ! - le méchant loup entrepris de l’enterrer. Comme seule défense, l’étoile ne peut que briller plus fort pour aveugler le loup.

 

Mais bientôt elle sent qu’elle étouffe, elle se sent perdue et son éclat diminue !

 

Survint une pauvre femme, tout occupée à ramasser des branches mortes pour chauffer sa maison. Le loup, surpris, s’enfuit à toute jambe laissant la petite étoile à moitié morte.

 

La femme doucement s’approche…

De ces mains délicates, elle écarte la terre qui écrase la malheureuse étoile. Peu à peu, reprenant espoir, elle se remit à vivre, et bientôt, elle brille de tous ses feux.

- « Oh, se dit la femme, je vais l’emporter dans ma maison, elle éclairera mon mari quand il reviendra du travail ! »

Abandonnant ses branches mortes, la femme recueille la petite étoile dans ses deux mains ouvertes en forme de coupe… et toute joyeuse, regagne sa maison. Arrivée chez elle, elle dépose sa précieuse découverte sur un socle près de la porte.

 

De retour, le soir, le mari est tout étonné par la vive clarté qui l’accueille en franchissant la porte.

- « Qu’est ce que cette chose brillante ? » demande l’homme. Et la femme lui raconte la merveilleuse aventure qu’elle vient de vivre.

- « Elle nous est précieuse, cette étoile, dit l’homme, gardons-la pour nous. »

- « Non dit la femme, mettons-la dehors, elle éclairera tous ceux qui passeront près de notre maison ! ».

- « Et plus l’homme disait : « Gardons-la pour nous », plus la clarté de l’étoile diminuait, diminuait, diminuait… Plus la femme disait : « Mettons-la dehors, elle éclairera les passants » plus l’étoile brillait.

 

L’homme prépare une place sur le rebord extérieur de la fenêtre, et y dépose le brillant trésor…

 

Depuis ce jour, la petite étoile n’a pas quitté sa fenêtre… Et sa clarté est de plus en plus vive.

 

Conte Oriental